Quelques dollars dépensés dans un commerce local, c’est un investissement dans notre tissu économique : ce sont des salaires payés ici, des dépenses faites chez des fournisseurs locaux, des profits qui restent ici… c’est solidifier une entreprise qui s’investit beaucoup plus dans notre communauté que celle dont le siège social est à l’étranger.

Les efforts de la Ville pour appuyer nos entreprises locales sont nombreux, même si les autres paliers de gouvernement ont des ressources beaucoup plus grandes que les nôtres. Nous ciblons donc des mesures très concrètes, dans notre zone d’expertise, avec des partenaires dont nous connaissons déjà la force de frappe et le potentiel. Lors de sa dernière séance, le conseil a par exemple choisi de verser 700 000 $ additionnels aux associations locales de gens d’affaires, pour continuer à dynamiser une série d’artères commerciales un peu partout en ville. Cette somme s’ajoute aux 500 000 $ investis l’an dernier de la même façon.

L’idée est de faciliter l’animation et le développement de ces artères, pour encourager les gens à les fréquenter, à y développer des habitudes, à découvrir l’offre commerciale locale, etc. Les associations de gens d’affaires sont des partenaires idéaux pour cela, grâce à leur enracinement et à leur connaissance fine de leur quartier, des besoins et des acteurs locaux. Leur expertise permet souvent de multiplier l’impact de nos investissements.

Cette mesure s’ajoute évidemment à plusieurs autres actions, que ce soit l’autorisation de la cuisine de rue à une vingtaine d’endroits sur le territoire, les investissements dans le Sentier culturel, des assouplissements pour faciliter l’implantation de terrasses, le fonds d’animation et de revitalisation, et j’en passe.

Les institutions publiques peuvent faire beaucoup, mais individuellement, nous avons toutes et tous le pouvoir de faire une différence chaque fois que nous dépensons de l’argent. Dépenser c’est nous, c’est investir dans notre communauté!