Bonjour,

Vingt-sept millions de dollars de plus pour Gatineau! C’est environ ce que nous rapporterons les changements historiques apportés au « pacte fiscal » négocié la semaine dernière entre les villes et le gouvernement du Québec. Le « pacte fiscal », c’est ainsi que l’on nomme l’entente négociée tous les quatre ou cinq ans à travers laquelle le gouvernement transfère d’importantes sommes d’argent aux villes. Il s’agit toujours d’un moment déterminant pour le monde municipal.

Le changement le plus important dans l’entente de cette année est que le gouvernement accepte le principe du partage de la croissance d’un point de TVQ avec les municipalités du Québec. C’est essentiellement de là que viendront les nouveaux revenus : un peu plus de 2 millions $ par année en 2020, pour augmenter graduellement et atteindre 8,5 millions $ la dernière année de l’entente.

Je sais que la fiscalité municipale est un sujet particulièrement aride, mais c’est un enjeu incontournable si on veut réduire la dépendance des villes à l’impôt foncier, réduire notre déficit dans l’entretien des infrastructures et permettre à des villes comme Gatineau de continuer à se démarquer dans une foule de domaines.

Il y a aussi beaucoup de Gatineau dans ce gain historique! C’est un dossier sur lequel je travaille personnellement depuis mon arrivée en politique municipale, le conseil municipal s’est prononcé à ce sujet en adoptant il y a quelques années un plan de diversification des revenus, et au fil des ans nous n’avons pas ménagé les représentations et occasions d’en parler. Alors qu’il n’y a pas si longtemps plusieurs nous disaient qu’on rêvait en couleurs, aujourd’hui nous avons le pied dans la porte et les gains seront plus importants d’année en année.

Pour en savoir plus, vous pouvez visionner l’intégrale de mon point de presse sur le sujet :

Point de presse du maire

Merci à toutes celles et tous ceux qui ont travaillé sur le dossier, à Gatineau et ailleurs au Québec!

 

Maxime Pedneaud-Jobin