Voici le discours que j’ai prononcé lors de l’inauguration du Centre Slush Puppie

C’est fait. Nous avons réussi.  On nous a dit que c’était impossible, nous l’avons fait quand même.

La saga Guertin est terminée.

Nous avons transformé une source de gêne en source de fierté, et nous avons du même souffle inventé un modèle d’affaires unique au Québec.

Pour la première fois, grâce à l’économie sociale, dans un projet d’amphithéâtre du junior majeur, les contribuables municipaux ne sont pas les seuls à prendre des risques.

Pour la première fois au Québec, c’est un organisme issu de la communauté qui fera la gestion de ce type d’infrastructure.

Et nous avons convaincu l’ancien gouvernement du Québec d’être au rendez-vous, d’abord, par un engagement financier considérable.

Ce même ancien gouvernement, avec l’appui de tous les partis à l’Assemblée nationale, et grâce au leadership des députés locaux, a ensuite permis l’adoption d’une loi spéciale, juste pour notre projet.

Nous avons aussi convaincu le nouveau gouvernement du Québec d’être au rendez-vous. Grâce à de nouvelles mesures et grâce au leadership des députés locaux et du ministre régional, notre chantier et notre projet ont survécu à la pandémie.

Nous avons maintenant un amphithéâtre de prestige pour nos Olympiques. Nous avons maintenant trois glaces communautaires neuves pour nos enfants. Mais nous avons plus que ça.

Nous nous sommes donné une source supplémentaire de fierté d’être Gatinois.

Évidemment, l’édifice lui-même est une source de fierté, un édifice vert, haut de gamme, contenant une œuvre d’art d’envergure, c’est un des plus beaux projets d’infrastructure sportive multifonctionnelle au Québec, c’est un édifice qui rend déjà de nombreuses villes jalouses. L’édifice transformera notre offre pour les sports de glace mais deviendra aussi un lieu exceptionnel de rassemblements culturels. L’édifice peut accueillir 6000 personnes et sera animé en concertation avec la Maison de la culture.

Mais notre fierté doit dépasser les limites de l’édifice, tout le quartier est maintenant source de fierté. Dans le même kilomètre carré, on retrouve : le Centre sportif, la Maison de la culture, le cégep, un vaste projet d’hôtel, plusieurs projets immobiliers d’envergure, le Rapibus et un mobilier urbain amélioré.

Oui, nous pouvons être fiers de cette infrastructure, de ce quartier, mais nous pouvons être, avant tout, fiers de nous-mêmes.

Nous-mêmes, c’est d’abord l’équipe de VMSO, des gens de Gatineau. Sans eux, nous ne serions pas là aujourd’hui. Ils sont issus de chez nous, nous les connaissions, nous avons cru en leur plan.  Ils étaient crédibles, le gouvernement du Québec leur a aussi fait confiance. Nous ne nous sommes pas trompés. Ils sont, eux aussi, source de fierté.

Être fiers de nous-mêmes, c’est aussi être fier des équipes municipales. Au cours des années, presque tous les services municipaux ont été mis à contribution pour inventer et pour rendre ce projet possible. De la direction générale en passant par les finances, les infrastructures, les communications, les approvisionnements, l’urbanisme, le cabinet du maire, les loisirs, et je crois que j’en passe, tous les services, tous nos services, ont été mis à contribution. Ils sont, eux aussi, source de fierté.

Dans les équipes municipales, il y a également des élus municipaux, ceux et celles qui ont gardé le cap, souvent avec courage, dans la tempête, sans fléchir, depuis le 14 juin 2015 quand nous avons dit non à l’ancien projet et recommencé à zéro. Ils sont eux aussi source de fierté.

Quand tout allait mal, (et c’est arrivé souvent!), nous tous, des équipes municipales, avons cherché des solutions, puis travaillé, travaillé, encore travaillé. En politique (et dans la vie), les cyniques répètent qu’il faut le voir pour le croire. Les vrais, ceux qui réussissent, savent qu’il faut y croire pour le voir. Nous y avons cru.

Dans ce projet, nous, les citoyens de Gatineau, avons retourné la situation de façon spectaculaire. Je suis convaincu que ce que l’histoire régionale retiendra de ce projet, c’est que Gatineau, quand elle se mobilise, quand des élus font preuve de courage, quand elle innove, elle peut relever tous les défis.

Je le répète : on nous a dit que c’était impossible, nous l’avons fait quand même.

Soyons en fiers.

Merci.

Le président de la Commission des loisirs, des sports et du développement communautaire et conseiller municipal du district de Buckingham, Martin Lajeunesse, le député de Chapleau et adjoint parlementaire du ministre de la Justice, Mathieu Lévesque, le président des Olympiques de Gatineau, Norm MacMillan, le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, le président de Vision Multisports Outaouais, Alain Sanscartier, de Slush Puppie Canada, Andréanne Beaudoin et le conseiller municipal du district du Versant, Daniel Champagne.
Le député de Chapleau et adjoint parlementaire du ministre de la Justice, Mathieu Lévesque, le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, le président de Vision Multisports Outaouais, Alain Sanscartier, de Slush Puppie Canada, Andréanne Beaudoin, le président des Olympiques de Gatineau, Norm MacMillan et le maître de cérémonie, Richard Martin.