Aucune protection n’était prévue pour la forêt Boucher avant 2013. On prévoyait y faire du développement « traditionnel », notamment avec un parc d’affaires… En adoptant le schéma d’aménagement de 2013, nous avons corrigé cela : nous avons créé le parc de la Forêt-Boucher et avons protégé 75 % de son périmètre traditionnel, c’est-à-dire les espaces ayant la plus grande valeur écologique. J’étais conseiller municipal à l’époque, et même si j’aurais souhaité qu’on la protège en entier, le compromis trouvé par le conseil nous a permis de passer de zéro à plus de deux kilomètres carrés protégés… un espace plus grand que le parc du Mont-Royal!

Depuis, nous avons investi près de cinq millions de dollars en acquisition de terrains. Lors de l’élection de 2017, je me suis engagé à créer un fonds d’un million de dollars pour mettre en valeur nos forêts urbaines et à céder la gestion de la forêt Boucher à un OSBL. Nous avons déjà réalisé ces deux engagements grâce à une entente de près de 800 000 $ avec la Fondation forêt Boucher. La Fondation est un partenaire précieux avec qui la Ville travaille étroitement. Nous travaillons aussi avec l’Union des municipalités du Québec pour réduire les coûts d’acquisition de zones écologiques pour les villes.

Une pétition déposée au conseil municipal du 21 janvier nous demandait trois choses. Voici nos réponses à ce jour :

  1. Changer le zonage résidentiel d’un des lots dont la Ville est propriétaire afin de le protéger à long terme.Le travail est déjà amorcé depuis quelques mois. Les écosystèmes les plus riches de la forêt s’y trouvent et nous allons cadenasser la protection à long terme;

 

  1. Modifier les règlements municipaux afin de préserver davantage de couvert forestier.Les boisés jouent un rôle d’infrastructure verte et nous devons les protéger en conséquence. Nous sommes en train de rendre notre réglementation beaucoup plus sévère en ce sens et nous travaillons avec des partenaires comme le CREDDO pour augmenter la canopée urbaine. La protection de la forêt Boucher fait partie de nos initiatives;

 

  1. Protéger 100 % du périmètre de la forêt. Je demeure convaincu de l’importance de la plus grande protection possible. Mais j’ai aussi un autre principe fondamental : avant de prendre une décision, je veux toujours savoir combien ça coûte! Si, par exemple, on parle de plusieurs dizaines de millions, est-ce l’action à prioriser en matière de lutte aux changements climatiques? Il faut prendre le temps d’y réfléchir avant de prendre une décision définitive.

La lutte aux changements climatiques va nous imposer de plus en plus de choix difficiles dans les prochaines années. Comme plusieurs l’ont affirmé : « ça ne pourra pas toujours ne pas faire mal ». L’appui de la population sera fondamental pour que nous nous donnions des objectifs ambitieux. Je veux remercier toutes les citoyennes et tous les citoyens qui se sont mobilisés pour la forêt Boucher au cours des années. J’espère pouvoir compter sur votre appui dans les nombreux autres combats à venir.