Bonjour,

Le 28 août dernier, le conseil municipal a décidé d’accorder son appui à la citation patrimoniale du Quartier du musée. C’est un sujet qui a fait couler beaucoup d’encre et je tenais à profiter de ce bilan de la dernière séance du conseil pour revenir sur quelques-unes des réactions suscitées par la décision.

La citation, un débat de longue date

Les gens de Hull, puis de Gatineau, ont parlé de la nécessité de citer le quartier depuis les années 90. La protection du Quartier est évoquée dans à peu près tous les documents de planification de la Ville depuis plusieurs années, bien avant l’arrivée du projet BRIGIL. Il est évident que la citation du Quartier et le projet des tours sont incompatibles sur un même site. Les documents de planification municipaux prévoient aussi de nombreux endroits au centre-ville où des tours sont permises… non pas au cœur d’un de nos derniers secteurs historiques.

Notre histoire

Évidemment, le Quartier du musée n’a pas le même cachet historique que les vieux quartiers de Paris, mais il a de la valeur, et surtout, il représente notre histoire à nous. Si vous souhaitez en savoir plus sur la valeur historique et patrimoniale du quartier, je vous invite à consulter les deux principaux discours que j’ai prononcés sur le sujet, au moment du dépôt de la proposition de règlement le 8 mai dernier, et lors de l’adoption par le conseil le 28 août.

Pas un sou de taxe perdu

Il y a des milliers de logements déjà autorisés, prêts à être construits, partout à Gatineau, en particulier au centre-ville. Les unités d’habitation et les unités commerciales qui auraient été incluses dans les tours seront construites ailleurs, et les revenus de taxes viendront. Dire non à un projet qui n’est pas au bon endroit ne représente pas une perte, mais bien un déplacement du développement. Il y a d’ailleurs plusieurs projets de grande envergure en cours, totalisant plusieurs centaines de millions de dollars, et j’en suis très heureux : le projet Zibi, à terme, représentera à lui seul près du double en revenus de taxes, et les premiers résidants aménagent dès les prochains mois!

Le marché immobilier au centre-ville est fort et dynamique, il répond à la demande, partout. C’est pourquoi plusieurs promoteurs appuyaient la citation, pour que la Ville respecte ses propres outils de planification, donc pour que tout le monde joue selon les mêmes règles.

Je suis fier de cette décision qui est tout à fait cohérente avec les efforts importants de revitalisation du centre-ville depuis quelques années, dans le respect des communautés locales.

Bonne rentrée!